Les podiums et la rue.

Les podiums et la rue.

Je suis toujours étonnée par la différence entre la mode des podiums et la mode de la rue.

A chaque nouvelle saison, les couturiers nous présentent des tenues censées nous faire rêver. Mais qui porte ces tenues ? Certainement pas mes copines qui n’ont pas les moyens de se payer une robe 10 000 euros ! Oui certaines robes « couture » coûtent même plus cher !

Certes les créateurs de mode lancent les tendances mais retrouvons nous vraiment ces tendances dans les boutiques que nous fréquentons ?

Je suis une provinciale de base, j’aime la mode, j’aime faire du shopping, m’habiller et prendre soin de moi. Pourtant j’ai l’impression qu’un monde me sépare de certaines fashionistas parisiennes.

J’ai récemment rencontré une jeune femme, brillante, intelligente, racée et très belle. L’archétype de la parisienne moderne et branchée. Cette personne fréquente les fashions weeks et les boutiques de luxe, brunch au champagne le dimanche dans les palaces parisiens et ne conçoit pas de s’habiller à Monop ! Pour elle, point de salut en dehors du luxe et de la beauté ! Et pourtant elle est éminemment sympathique !

Lors de cette rencontre je me suis rendue compte de l’océan qui nous séparait. Et du monde décalé de la vie de certaines parisiennes et de la vie en province ! Moi le dimanche j’aime rester en famille, “Cooconer” dans une tenue pratique, m’occuper de mon jardin et de ma maison. Il ne me viendrait pas à l’idée d’aller “bruncher” dans un hôtel. Pour moi l’hôtel, de luxe ou pas, est synonyme de vacances et c’est un petit plaisir que j’aime m’offrir de temps en temps , une parenthèse dans la vraie vie.

Quand je regarde les défilés je me pose souvent la question, les créateurs vivent-t-ils dans un autre univers ? Ont-ils déjà arpentés les allées d’un supermarché ? Ont-t-ils déjà pris les transports en commun ? Ont-t-ils accompagnés les enfants à l’école ? Ou simplement promenés leur chien sur une plage ?

Et je me demande toujours s’ils sont légitimes à nous donner des leçons de mode ? Surtout quand leurs égéries ressemblent à des cintres sans forme et surtout sans un sourire pour illuminer leurs visages ! (regardez les photos ci-dessous on dirait vraiment qu’elles sont en colère ! )

Pas question dans ce billet de réitérer la guerre des tranchées Paris /Province, mais je me rends vraiment compte du décalage entre deux univers.

L’univers « moderne » branché parisien et l’univers « normal » de la province. Nous n’avons pas la même façon de vivre c’est certain mais d’où vient cette différence ? C’est une question que je me pose et à laquelle je n’ai aucune réponse.

Voici quelques modèles vus sur les podiums.

 

Les podiums et la rue/la provinciale1.jpg

Les podiums et la rue/la provinciale1.jpg

Les podiums et la rue/la provinciale1.jpg

Les podiums et la rue/la provinciale1.jpg

Les podiums et la rue/la provinciale1.jpg

 

Vraiment, pensez-vous pouvoir porter ces tenues ?

Crédit photos Vogue magazine.

Suivre:

21 Commentaires

  1. miss.radis
    4 mars 2016 / 1 01 08 03083

    miss.radis dit :
    “Les podiums sont loin de reflèter la mode de la vraie vie, la mode de la rue mise à part pour une infime partie de personnes.
    Sur les podiums, je ne vois que la misère, des filles décharnées, pas d’humanité, elles ne sont qu’un outil de travail pour les créateurs, un outil de représentations dans du 32. Quelle tristesse, elles sont en décalage et c’est ça la mode des podiums, un trop grand décalage avec la réalité.
    Le prêt à porter s’en inspire pour les tendances à venir dans les couleurs, les coupes, les tissus, les imprimés.
    La mode parisienne n’est pas mieux et pas différents. Pourquoi? Suivant, les régions où l’on habite, on s’habille différemment en fonction du climat, du lieu mer ou montagne, de son quotidien, de sa profession, bref, Paris ou les grandes villes ne sont pas plus modernes ou dans le coup.
    Dès que nous bougeons, nous regardons autour de nous, nous crustons alors on se trouve différent mais l’herbe n’est pas plus verte chez le voisin.
    C’est un point de vue donnant à discussion mais pour moi, je ne veux pas être un clône de la mode. Je suis moi avec ma personnalité.
    J’aime ce regard que tu portes pour tout ce qui nous entoure. J’aime ta manière de nous donner ton avis en nous laissant le libre choix de notre opiníon.
    Bravo, tu as présenté un sujet fort intéressant.
    Hâte de te lire à nouveau. À très bientôt.
    Je t’embrasse.”

  2. 3 mars 2016 / 10 10 14 03143

    Je partage l’avis de Nathalie, pour moi les créateurs sont des artistes, ils partent d’un thème et le déclinent, avec de beaux tissus et de jolies couleurs. C’est au prêt à porter de faire le travail d’inspiration pour créer des collections que nous pouvons porter.
    On trouve ce décalage dans d’autres domaines comme les bijoux.
    Cela ne me choque pas de voir une robe à 10 000 € et plus pour un défilé, c’est du rêve et derrière, il faut payer le tissu, l’atelier couture et le créateur qui ne travaille pas pour rien.
    C’est un autre monde, mais nécessaire pour amener du nouveau dans nos vitrines.

  3. 1 mars 2016 / 23 11 09 03093

    Je ne me retrouve pas non plus dans ces Oeuvres de créateurs… D’abord parce que je n’ai pas une taille de mannequin… Ni en hauteur, ni en largeur… Et ensuite car j’ai appris la mode avec mon papa qui était tailleur… Et que j’ai eu la chance d’assister à des défilés quand j’étais enfant, et que déjà, Je m’étais rendue compte qu’il fallait admirer cela comme des Oeuvres d’art…
    Pour le “commun des mortels” il y a le “prêt à porter”!!!
    Pourtant… Ici (Nice, Cannes, Monaco..) on a l’habitude aussi de voir ces “ovnis” qui vivent sur une autre planète!!!
    Bisous

  4. 1 mars 2016 / 21 09 59 03593

    L’éternel débat ! Il y a plusieurs sujets que vous abordez – le décalage entre les défilés et la réalité et le décalage entre Paris et la province. Les vêtements des défilés sont des “prototypes”, tellement elles sont dans l’exagération et pas mettables, du moins la plupart d’entre eux. Pour les parisiennes, c’est souvent une question de budget, parce que dans la rue, ce n’est pas toujours le grand chic. Nous, les provinciales, nous avons notre propre style, et dans le sud, nous cherchons un sport/chic, que la parisienne peut nous envier, de même nos petits déjeuner dans nos jardins 🙂

  5. ninaio
    1 mars 2016 / 18 06 34 03343

    Bonjour, je viens de lire que:” dans les années 30 le patron de Ford gagnait 40 fois plus que le moins bien payé de ses ouvriers et qu’aujourd’hui le dirigeant d’une multinationale gagne 450 fois de plus que le salaire moyen de son entreprise”. Le fossé, l’abîme s’élargit donc entre l’élite s’habillant haute couture et les provinciale laborieuse dont je suis. Pourtant a y regarder de plus près, il y a tapies dans l’ombre des coulisses, toutes ses petites mains qui cousent, brodent, polissent l’or et le diamant sur toutes les belles robes du créateur . Alors j’aime bien regarder les photos de ces défilés et finalement je ne porterai jamais ces vêtements mais peut être que le blouson argenté que j’ai vu, j’en trouverai peut être un, pas si mal, qui ira bien avec mes basket et mon jean …

  6. Lena
    1 mars 2016 / 17 05 23 03233

    Hello ! Comme vous (tu ?) avez raison, tellement raison !!! “Importable” mot inventé of course ! Tellement vrai par rapport au brunch à l’hôtel, le cocooning maison en famille…
    Et non je ne porterai rien de tout ca ! Et ….ohhhhlalalaaaa qu’elles ont l’air triste et limite malade ces grandes ! rire
    Bonne soirée
    Lena33

  7. 1 mars 2016 / 17 05 14 03143

    Tu trouves de la différence entre Paris et Montpellier. .imagine déjà Montpellier et la haute loire. .je ne parle même pas de paris! !
    Il y a énormément de différences selon où tu habites. .
    sur la côte d azur tu ne te fringues pas comme à la grande motte. ..à Marseille tu n es pas fringuee comme à Aix en Provence. ..
    pourtant les distances sont infimes, mais ça a toujours été comme ça. .
    je pense que le brunch n a pas encore passé les cols pour accéder à la haute loire! !
    bisous ma belle

  8. Demay Patricia
    1 mars 2016 / 16 04 44 03443

    ah je voulais rajouter quand vous dites que vous êtes une provinciale de base, on a l’impression que vous vous dévalorisez : c’est bien ce que vous faîtes, vous écrivez, vous peignez…
    à bientôt!!!!!!!!!

  9. Demay Patricia
    1 mars 2016 / 15 03 39 03393

    OH, excusez-moi, je vous dis à bientôt, je prends du plaisir à écrire car j’avais perdu cette habitude…

  10. Demay Patricia
    1 mars 2016 / 15 03 33 03333

    Bonjour Corinne,
    c’est encore la bretonne,
    Quand j’étais très jeune ( 20 ans), je m’intéressais beaucoup aux créateurs, j’ai même de très beaux livres sur la haute couture, et plus je vieillis, pourtant je n’ai que 46 ans, et plus je m’éloigne de ce monde d’apparence, en fait c’est depuis que je suis allée au Pérou, je suis de moins en moins matérialiste, l’autre jour j’ai croisé une amie qui se plaignait que le tissu de son manteau boulochait et je lui ai répondu, mais ce n’est pas grave, tu n’as pas le cancer, et j’ai rajouté j’ai rencontré des péruviens qui marchaient en sandale dans la neige et qui ne se plaignaient pas.
    Après je ne suis pas dans la tête d’un créateur mais ce sont sans doute des gens surdoués…( le décalage), j’avais regardé une émission diffusée sur Arte concernant Karl lagerfeld, son cerveau fonctionne à une vitesse phénoménale…
    J’ai travaillé 3 ans à Paris et je suis revenue en Province, on prend le temps de vivre …
    le mannequinat, c’est pareil, c’est triste de voir des jeunes anorexiques, elles doivent rentrer dans du 32 ou 34 pour un mètre 75????????
    Je suis plutôt puriste, je pense qu’en vieillissant il faut soigner son apparence mais plutôt être classe, avec une petite pointe d’originalité.
    En fait avec la mondialisation, on devient tous des pantins, on retrouve les enseignes partout dans le monde, alors que chaque être humain est différent…j’ai tricoté une écharpe cet hiver, au moins çà me différencie un peu…

  11. 1 mars 2016 / 14 02 12 03123

    Coucou Corinne !
    Evidemment Paris est surnommée “Capitale de la mode” car on y trouve tous les grands créateurs.
    Mais je ne pense pas pour autant que cette mode des podiums descende dans la rue même à Paris , sauf pour les VIP .
    Les créateurs nous donne une tendance, des couleurs , et du rêve (Si on veut…)
    Mais ne nous déprécions pas , en Province , certaines femmes aiment être toujours au top et c’est plutôt un choix de vie qu’une question de région , à mon humble avis .
    J’aime regarder un beau défilé de mode , mais je ne me projette jamais dedans, c’est juste pour le plaisir des yeux , comme quand on feuillette un catalogue où les nanas sont toujours parfaites ! (Pas de sourire , maigreur des mannequins , c’est encore un autre problème , car sont elles heureuses ces filles ???)
    Bonne réflexion ça aussi .
    Un bel après midi !
    Des bisous !

  12. Hélène
    1 mars 2016 / 13 01 11 03113

    Je pense que la vraie différence entre un univers “normal” et un univers dit “branché” se caractérise par les moyens financiers et non par le lieu géographique. Bruncher dans un palace ou s’habiller avec des modèles ” haute couture” n’est pas réservé aux parisiennes, mais aux femmes qui ont le budget pour pouvoir le faire.
    Sur la côte d’azur, les femmes qui ont les moyens vivent autant dans un monde “branché” que les parisiennes…le soleil en plus ! Selon moi, l’argent est le nerf de la guerre et crée un mur entre deux mondes parallèles.
    Les créateurs ne réalisent pas leurs œuvres pour nous, le commun des mortels, mais pour toutes ces personnes qui vivent dans le luxe. Ils s’en fichent de nos préoccupations quotidiennes avec les enfants tout ça tout ça…ils créent pour des femmes qui ont du personnel pour gérer leurs enfants et s’occuper de leur maison, et qui ont des chauffeurs.
    Mais cette création luxueuse , si éloignée de notre quotidien, est utile à la renommée de notre pays et influence à terme les collections de prêt à porter qui seront accessibles pour nous. Alors, ne condamnons pas ce monde inaccessible et continuons à rêver devant ces “œuvres d’art” de la mode ! Et continuons à cocooner avec nos enfants le dimanche matin….et à faire des brunchs maison très sympas !!!

    • 1 mars 2016 / 13 01 54 03543

      Une réponse pleine de sagesse ! Je ne condamne pas ce monde inaccessible, je me pose juste des questions auxquelles je n’ai pas la réponse. Mais tu as raison le luxe permet de faire travailler pas mal de personnes et c’est tant mieux.

  13. 1 mars 2016 / 12 12 05 03053

    de toute façon, en général, je n’aime rien de ce qu’on voit dans les défilés car je pense que mon esprit fait directement la bascule de cet univers à mon monde à moi!!!!!!
    De toute façon, je n’aime pas les nouveaux créateurs, tout est compliqué, tarabiscoté; rien n’est plus beau qu’un pantalon ou une robe Chanel,par exemple….Je me contenterai donc d’Auchan dans les meilleurs mois Monop(cher,je trouve) ou ZARA……BISOUS MA BELLE PROVINCIALE

    • 1 mars 2016 / 13 01 55 03553

      C’est vrai que j’ai du mal avec les créateurs, mais comme le dit Hélène dans un commentaire c’est utile et cela fait travailler du monde.

  14. nathalie
    1 mars 2016 / 12 12 00 03003

    bonjour
    moi je pense qu’il ne faut pas regarder la haute couture comme des “vêtements”. ce qui est présenté sur les photos que tu as mises dans ton article ne sera je pense jamais ou très peu porté. en fait c’est de l’art, de la création, de la beauté à regarder comme on regarde un tableau. Quand je regarde ces images je le vois comme tel, j’admire le travail de création, de réalisation, le beau mais je ne le vois pas comme quelque chose que j’aimerais porter.
    quand à la différence entre les parisiennes et les provinciales, c’est vrai qu’elle existe. A paris on ne va pas se mettre un vieux jogging le dimanche pour gratter ses petites fleurs dans son jardin, ou passer l’après-midi autour de sa piscine….. ils vivent dans 50 m² alors ils sortent beaucoup. je pense quand meme qu’ils nous envient aussi de temps en temps.
    tu sais il y a plein de différences en fonction de nos modes de vie, une marseillaise s’habille très différemment d’une fille qui habite dans un village de montagne aussi, tout ça c’est bien normal il ne faut pas se focaliser sur tout ça. on a toutes et tous pleins de choses à partager ensemble.
    voilà c’est mon point de vue.

    • 1 mars 2016 / 13 01 56 03563

      C’est très juste. Merci pour ce commentaire

  15. Paule
    1 mars 2016 / 11 11 50 03503

    C’est vrai que les couturiers nous prennent pour des billes ! et non je ne porterai jamais ce genre de tenue même si j’en avais les moyens ! Je prefere nettement les tenues que tu nous proposes !!!

    • 1 mars 2016 / 13 01 57 03573

      Tout est question de moyens mais aussi de morphologie ! Je ne pourrai jamais même si j’avais des sous à revendre porter ce genre de choses !

  16. Lili
    1 mars 2016 / 11 11 48 03483

    Je suis entièrement d’accord avec toi il y a un décalage certain entre la mode des défilés et la vraie vie ! Je ne suis pas parisienne et je comprends tout à fait ton point de vue !

    • 1 mars 2016 / 13 01 58 03583

      Le décalage est dans le style et dans le porte feuille aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *