Des livres pour les vacances.

Des livres pour les vacances.

Je lis assidument toute l’année. Mais en vacances c’est un de mes loisirs préféré ! Les vacances sont particulièrement propices à de longues plages de détente avec un bouquin. Cette année j’ai eu envie de délaisser un peu mes polars pour me plonger dans deux romans assez exceptionnels. Cependant je suis restée fidèle à Michel BUSSI !

Juste avant le bonheur : Agnès LEDIG

41KtlUprYjL._SX302_BO1,204,203,200_

4° de couverture :

Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend…

Je n’imaginais pas en ouvrant ce roman que je passerai la moitié du temps à pleurer sous mon parasol ! Un roman fort, émouvant, sans mièvrerie. Le roman commence comme un conte de fée et en lisant les premières pages j’étais un peu sceptique. Puis je me suis laissée emporter, transporter même par l’écriture de l’auteure, par l’histoire de Julie, une héroïne des temps modernes, qui lutte avec acharnement pour survivre , que la vie n’épargne pas et qui va effleurer le bonheur mais pour combien de temps ?…..

Ca aussi ça passera : Milena BUSQUETS

Des livres dans la valise - la provinciale

 

4° de couverture :

C’est l’été, la saison préférée de Blanca. Après le décès de sa mère, elle quitte Barcelone pour s’installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sur cette terre riche des souvenirs de son enfance, sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l’apaisement. Mais elle ne part pas seule, une troupe disparate et invraisemblable l’accompagne : ses deux ex-maris, les fils qu’elle a eus d’eux, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère défunte, à qui elle ne cesse de parler par-delà la mort, tant cette disparition lui semble difficile et inacceptable. Les baignades, les promenades en bateau et les siestes dans le hamac vont se succéder, tout comme ces longs dîners estivaux au cours desquels les paroles s’échangent aussi facilement que les joints ou les amours. Les souvenirs affleurent alors, faisant s’entrelacer passé et présent. Blanca repense à cette mère fantasque, intellectuelle libre et exigeante, qu’elle a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre silencieuse et intense dans laquelle elle essaie de faire le bilan le plus honnête de leur relation douloureusement complexe. Elle lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants que face à la mort elle choisit l’élégance, la légèreté, la vie. Elle lui dit qu’elle choisit l’été et Cadaqués car elle sait que ça aussi, ça passera.

La librairie Sauramps à Montpellier fait partie de mes virées shopping préférées. Les libraires qui me conseillent des livres ne m’ont jamais déçus. Aussi lorsque l’on m’a proposé cet ouvrage, je n’ai pas hésité. Je l’ai pris sans même lire le résumé. Bien m’en a pris car je me suis laissé porter tout au long du roman par les aventures de Blanca avec délectation.Un roman sensible et intelligent qui nous réconcilie avec les sentiments et nous donne une formidable leçon d’espoir.

 

La fille du train : Paula HAWKINS

 

La librairie Sauramps à Montpellier fait partie de mes virées shopping préférées. Les libraires qui me conseillent des livres ne m’ont jamais déçus. Aussi lorsque l’on m’a conseillée cet ouvrage, je n’ai pas hésité. Je l’ai pris sans mêle lire la 4° de couverture. Bien m’en a pris car je me suis laissé porter tout au long du roman par les aventures de Blanca avec délectation.

 

 

4°de couverture :

Vous ne voyagerez plus jamais comme avant… Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Je ne pouvais passer à coté de ce thriller dont on parle partout. Je me suis donc précipitée pour l’acheter. Est-ce mon addiction aux polars, ou trop de publicité mais je dois avouer que, même si j’ai pris du plaisir à le lire, je ne l’ai pas trouvé transcendant. Le dénouement était prévisible et je déteste découvrir l’assassin avant la dernière page. Cependant c’est une bonne lecture sous le soleil, mais il vaut mieux attendre la sortie en format poche.

 

Maman a tort : Michel BUSSI

Des livres dans la valise- la provinciale

 

4° de couverture :

Mardi 2 novembre 2015. Lorsque Vasile, psychologue scolaire, se rend au commissariat du Havre pour rencontrer la commandante Marianne Augresse, il sait qu’il doit se montrer convaincant. Très convaincant. Si cette fichue affaire du spectaculaire casse de Deauville, avec ses principaux suspects en cavale et son butin introuvable, ne traînait pas autant, Marianne ne l’aurait peut-être pas écouté. Car ce qu’il raconte est invraisemblable : Malone, trois ans et demi, affirme que sa mère n’est pas sa vraie mère. Sa mémoire, comme celle de tout enfant, est fragile, elle ne tient qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche… Vasile le croit pourtant. Et pressent le danger. Jeudi 4 novembre 2015, tout bascule. Le compte à rebours a commencé. Qui est Malone ?

J’ai gardé le meilleur pour la fin ! Je me précipite en librairie dès que le dernier Bussi est dans les bacs, et  je n’ai pas failli à la règle ! Michel Bussi ne m’a jamais déçue et une fois encore il m’a épatée !

Fin, tendre, et angoissant, ce roman est une petite merveille. Si vous ne devez en emporter qu’un je vous le conseille à 100 % ! Non seulement le suspens est total tout au long de l’intrigue mais l’écriture, comme toujours chez Michel Bussi, est fluide, les personnages attachants et choisir le thème de la mémoire d’un enfant est un pari risqué et complètement réussi. Deux intrigues se mêlent pour nous dérouter et nous inquiéter et comme toujours avec les bons polars on ne peut plus s’en défaire. Un seul regret : l’avoir terminé !

 

Depuis l’écriture de ce billet j’ai lu deux autres romans, je vous en parle très vite !

 

Suivre:

18 Commentaires

  1. Flo.
    29 juillet 2015 / 12 h 06 min

    Juste avant le bonheur… génial, émouvant… j’ai moi aussi pleuré comme une madeleine, obligée d’aller m’isoler dans un coin pour finir ce livre avec un mouchoir.
    Bussi est un auteur génial aussi ! Je le suis aussi avec assiduité. Je viens de finir “n’oublier jamais”, bluffant !
    J’ai lu “demain est un autre jour” de Lori Nelson Spielman – assez sympa et si nous faisions tous une liste ? 😉

  2. 26 juillet 2015 / 10 h 57 min

    Bonjour Corinne, moi non plus je n’ai pas trouvé la Fille du train transcendant du tout. En revanche, je note les Michel Bussi, je n’en ai encore lu aucun. Bon dimanche.

    • 26 juillet 2015 / 11 h 09 min

      Je connais tes goûts littéraires et tes critiques toujours parfaites et je suis contente de constater que tu partages mon avis concernant La fille du train. je te conseille fortement de découvrir Michel Bussi, notamment le dernier “Maman a tord”.

  3. 24 juillet 2015 / 22 h 06 min

    Merci, pour les conseils de lecture.
    Je cherche des livres pour mes vacances, ‘juste avant le bonheur’ me tente bien.

  4. Solange
    24 juillet 2015 / 19 h 04 min

    A l’encre Russe n’est pas un polar mais une histoire qui se passe dans le milieu de l’édition c’est très agréable à lire j’ai presque fini

  5. Bernieshoot
    23 juillet 2015 / 15 h 23 min

    des bons conseils !

  6. 23 juillet 2015 / 13 h 55 min

    J avais lu de mauvais avis pour le dernier Bussi sur certains blogs mais je vois que toi au contraire tu as beaucoup aimé alors ce sera peut etre ma prochaine commande pour ma liseuse.

    • 23 juillet 2015 / 14 h 02 min

      J’ai beaucoup aimé, comme tous les BUSSI ! Mais celui là est peut être un peu plus fouillé et vraiment passionnant

  7. 23 juillet 2015 / 13 h 21 min

    On parle beaucoup de Milena Busquets, un phénomène d’édition semble-t-il. Nous allons creuser le sujet Michel Bussi 🙂

    • 23 juillet 2015 / 14 h 03 min

      J’ai été emballée par Milena Busquets et je vous engage à “creuser” Bussi !

  8. Solange
    23 juillet 2015 / 10 h 54 min

    Merci pour ces bouquins à lire, pour ma je te conseille ce bouquin:Juste une ombre de Karine Giebel j’ai découvert cet auteur grâce au café BU de mon boulot et j’ai adoré un très bon triller, en ce moment je lis: A l encre Russe de De Rosnay très bien aussi.
    Bonnes lectures a toutes
    Cordialement

    • 23 juillet 2015 / 14 h 04 min

      J’ai lu Juste une ombre ! j’aime beaucoup ce qu’elle fait. je vais me pencher sur A l’encre Russe , c’est un polar ?

Envie de commenter ? N'hésitez pas , vos commentaires sont un plaisir et vous aurez une réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.